Passer au contenu principal
Équipement de chantier Hitachi – Amérique du Nord

Une machine unique dans la nature de l'Alaska

15 juin 2020

Grue de chargement ZX470LC-6 de Hitachi personnalisée

L'île du Prince-de-Galles, en Alaska, abrite la forêt nationale de Tongass qui s'étend sur plus de 16.7 million d'acres. Au milieu des millions d'acres de nature sauvage de l'Alaska, une machine ZX470LC-6 de Hitachi personnalisée et unique en son genre est à l'œuvre.

Ce n'est pas une grue de chargement ordinaire. C'est parce qu'il s'agit en fait d'une grosse excavatrice de construction que Mike Papac, propriétaire de Papac Logging Alaska Inc. a modifiée pour l'utiliser comme grue de chargement. Le bois dans lequel Papac et son équipe travaillent est constitué de très grands arbres anciens qui nécessitent un travail manuel de la part de son équipe. Avec du bois aussi gros, les abatteuses standard ne peuvent pas supporter le poids ni la taille.

Les besoins de Papac l'ont fait réfléchir de manière créative. Il voulait que son prochain achat d'équipement transporte la durabilité de son parc à un nouveau niveau. C'est alors qu'il a eu l'idée de personnaliser la ZX470LC-6.

« La 470 personnalisée de Hitachi est quelque chose que j'ai inventé, je suppose, » dit Papac en souriant. « C'est une machine unique en son genre. J'y ai ajouté la flèche de 50 pieds, et jusqu'à présent, les performances de l'Hitachi ont été exceptionnelles. Elle fait du bon travail. Ça me fait un plaisir fou. »

L'opérateur Don Schmidt, qui se trouve être le beau-frère de Papac, est tout aussi enthousiaste à propos de la nouvelle ZX470LC-6.

« C'est une superbe machine », affirme Schmidt. « Elle offre du confort, mais aussi une tonne de puissance. Elle fonctionne très en douceur pour la distance qu'elle peut atteindre. »

L’orange Hitachi est largement représenté dans le parc de Papac. Comptant 12 modèles Hitachi de différentes tailles, c'est la marque qu'il choisit pour faire ses gros travaux. La force de la ZX470LC-6 a vraiment changé la donne. Et Papac et son équipage ne sont pas les seuls à admirer la ZX470LC-6.

« Un autre vendeur est venu ici pour essayer de me vendre une autre machine », raconte Papac. « Je lui ai dit de s'installer dans la 470 puis de me dire ce qu'il en pensait. Il est entré dans la machine et j'ai presque dû l'en sortir de force. Il a dit que c'est la machine la plus incroyable dans laquelle il ait jamais mis les pieds. »

Papac a collaboré avec son concessionnaire, Construction Machinery Industrial (CMI), ainsi qu'avec un fournisseur tiers pour personnaliser la machine. Papac a été ravi des résultats.

« J'aime me vanter de la 470 un peu », confesse Papac. « Parce que ça s'est avéré être encore mieux que ce à quoi nous nous attendions. »

Les défis de l'éloignement

Avec sa beauté et ses types de bois uniques, l'île comporte également des défis à relever.

« Nous sommes très éloignés ici », dit Papac. « Et il pleut beaucoup. Cette forêt pluviale reçoit entre 170 et 220 po de pluie par an. »

Le manque de lumière du jour en hiver est également un défi.

« En hiver, nous avons de la chance s'il y a sept ou huit heures de clarté durant le jour », dit-il. « Ça complique le travail un peu. »

Outre les conditions climatiques difficiles, il faut accorder une attention particulière à la logistique et à l'entretien pour garantir le bon fonctionnement des machines.

« L'un des inconvénients de l'éloignement est que vous ne pouvez pas simplement courir au magasin et obtenir une pièce si vous en avez besoin », explique Papac. « Ici, tout arrive par avion ou par bateau. Cela signifie que vous devez avoir la pièce en main, sinon cela peut prendre jusqu'à une semaine ou plus pour obtenir la pièce. Le temps d'arrêt est un sérieux problème dans n'importe quelle entreprise, et si vous n'avez pas vos pièces, vous êtes foutu ».

Lorsqu'une panne peut être aussi catastrophique, il est encore plus important que les machines fonctionnent bien. Heureusement pour Papac, son parc Hitachi est extrêmement performant.

« La première Hitachi que j'ai eue a bien fonctionné, alors je suis resté avec eux. Ce sont des machines fiables », affirme Papac.

Selon Papac, le soutien qu'il reçoit de CMI est un autre élément essentiel du bon temps de fonctionnement.

« Je fais beaucoup affaire avec CMI », dit-il. « Grâce à ce que CMI garde sous la main et les entretiens de routine de la machine, ils nous permettent de continuer nos opérations. »

Ce n'est pas pour tout le monde

Sur l'île du Prince-de-Galles (population 6 000), il n'est pas rare que tout le monde finisse par connaître votre nom en ville. Mais la notoriété de Papac s'étend bien au-delà des rives de l'île d'Alaska qu'il considère comme sa maison. En fait, vous connaissez peut-être vous-même la vedette des Ax Men du History Channel. Mais ce qui l'a conduit au succès qu'il connaît aujourd'hui, c'est une vie d'exploitation forestière et un amour pour la terre et l'industrie.

« J'adore l'exploitation forestière », dit Papac. « Je suppose qu'à un certain niveau, je suis une célébrité, mais je n'aime pas utiliser ce mot. J'aime être ici dans la nature, sinon je ne le ferais pas. »

Papac admet qu'il faut probablement un type de personne particulier pour apprécier l'environnement isolé de l'île d'Alaska. Et avec une petite population sur l'île, attirer et embaucher les bons employés peut être un défi majeur pour Papac.

« Beaucoup de gens veulent venir pour le mystère de l'Alaska », dit Papac. « Mais quand ils arrivent ici, ce n'est peut-être pas ce qu'ils avaient prévu. Il faut une personne spéciale pour apprécier ce mode de vie ».

Avec le défi de l'emplacement qui lui nuit du point de vue de l'embauche, il a fait en sorte que son entreprise soit attrayante par sa culture.

« Ma philosophie est de traiter mes gars comme j'aimerais être traité », confie Papac. « La famille est très importante pour moi. Je comprends que c'est compliqué de travailler sur une île éloignée si votre famille n'y est pas. »

Pour ce qui est de l'avenir, Papac désire continuer aussi longtemps qu'il lui sera possible.

« Ce qui me motive, c'est la fierté. Je veux faire le meilleur travail possible pendant que je suis ici », dit-il en souriant. « Je vieillis, mais je ne pense pas que je vais arrêter de sitôt. »

L'entretien du parc de Papac Alaska Logging Inc. est effectué par Construction Machinery Industrial, LLC., à Ketchikan, Alaska.